La Barbe à Maman, c’est

une compagnie de théâtre de marionnettes qui raconte des histoires sur les minorisé·e·s et qui détricote, avec poésie, humour et réflexion, les normes pesant sur nos peaux d’humain·e·s.

Donner la parole aux invisibles, à celles et à ceux que l’on force à terre, que l’on évite, que l’on isole, que l’on désigne étranges, qui marchent de travers, qui pensent autrement, qui restent autour-de-et-jamais-au-centre: la Barbe à Maman, c’est côtoyer avec gourmandise celles et ceux qui cheminent loin des sentiers battus.

Année de naissance : 2017 / Pseudo : la bàm

photo © Dilo Cabale

Pourquoi la marionnette ?

Parce qu’elle nous permet d’explorer les mots, la matière, la manipulation et le jeu.

Nous souhaitons que la marionnette libère nos attendus plastiques, vocaux et corporels. Que celle-ci nous engage dans une recherche et une physicalité où le dés/équilibre serait de rigueur. Avec les marionnettes, il s’agit pour nous de trouver une autre manière de fabriquer, de se mouvoir et, une autre manière de dire.

La marionnette permet à l’écriture d’être transgressive, de s’emparer du réel pour le tordre et le faire surgir de manière détournée. Nous privilégions l’écriture contemporaine, car celle-ci semble la plus à même à raconter les bruits du monde actuel et à interroger les thèmes qui nous inspirent.

La Barbe à Maman, c’est avant tout

la rencontre entre un plasticien-performeur, Bruno Michellod, et un auteur-comédien, Stéphane Bientz, avec un besoin commun de faire naître des histoires.

Depuis août 2018,La Barbe à Maman est en compagnonnage avec leThéâtre aux Mains Nues à Paris.